Sébastien Leroy porte-parole de la JNA

JNA : les smartphones font-ils la sourde oreille ?

Le 11 mars 2021, l’association Journée Nationale de l’Audition (JNA) orientait sa 24e campagne sur un thème très explicite : une Journée sans écouteurs. Sébastien Leroy, son porte-parole, nous explique l’importance de préserver l’ouïe face aux agressions sonores qui peuplent notre quotidien.

Le

Phil Marso : Peut-on dire que les problèmes d’audition chez les jeunes ont commencé avec l’avènement du walkman, dès 1979 ?


Sébastien Leroy : Avec le walkman surviennent les premières inquiétudes liées à l’audition. Ce n’était pas tant cette nouvelle forme d’écoute que la manière d’adopter ce baladeur par les personnes elles-mêmes. En effet, il ne s’agit pas de bannir mais de réguler la manière d’écouter de la musique. À cette époque, il n’y avait pas, non plus, de vigilance dans les discothèques et festivals. Les premiers dégâts auditifs sont arrivés en complément de ceux dus aux expositions sonores liées aux loisirs et au travail. Cette période correspond aux premières alertes des ORL qui ont amené à créer la Journée Nationale de l’Audition, il y a 24 ans.

PM : Avez-vous rencontré une recrudescence de pertes d’audition chez les jeunes depuis le lancement du smartphone en 2007 ?

SL : L’usage du smartphone s’est peu à peu démocratisé. La majorité de la population est aujourd’hui équipée en smartphone, et de plus en plus tôt. Avec ce phénomène de masse, l’accès à la musique nomade est démultiplié et, en conséquence, les risques concernent un plus grand volume d’individus. Toutes les générations sont touchées par le phénomène et la population la plus en danger est celle des 15-18 ans.

Découvrir la suite de l'interview dans le magazine Adikphonia N°4 :

Contact

Association JNA

20 Avenue Paul Doumer

69160 Tassin-La-Demi-Lune

Tél : 04 72 41 88 50