Observatoire de Genève

TEMPÊTE SOLAIRE

Mauvaises ondes venues de l'espace ?

Le soleil est source de chaleur, de vitamine D, de jours heureux à condition qu’il ne soit pas caniculaire. On s’extasie à faire des selfies pour le mettre en lumière dans notre vie quotidienne, si possible sur un transat, face à la mer. On reste béat à son coucher et admiratif de sa splendeur matinale, à l’aube d’une nouvelle journée. Ce qu’on sait moins, c’est qu’il est colérique, au point de provoquer des éruptions solaires qui peuvent atteindre notre planète. C’est rarissime, mais si ça arrive, on retourne 200 ans en arrière avant l’invention de l’électricité. L’astrophysicien Gaël Buldgen de l’Observatoire de Genève, nous révèle le scénario, vu du ciel. La start-up d’avenir : élever des pigeons voyageurs ?

Phil Marso : Le soleil a une date limite de rayonnement que nous oublions, pauvres humains que nous sommes. A-t-on encore de la marge ?


Gaël .Buldgen : Très largement, le soleil est pour l’instant dans sa phase d’évolution la plus longue, qu’on appelle la séquence principale, durant laquelle il transforme l’hydrogène en son cœur en hélium. Cette phase dure +-10 milliards d’années et le soleil a +-4,57 milliards d’années, on a le temps de voir venir. À la phase suivante, il passera à sa prochaine phase d’évolution en devenant ce qu’on appelle une étoile sous-géante et puis une géante rouge.

PM : Pouvez-vous me définir le principe d’une tempête solaire, le temps d’installer mon transat sur la plage ?

GB : Il y a en fait plusieurs types d’évènements qui peuvent se produire à la suite de l’activité magnétique solaire. On peut avoir de simples « flares », des accélérations du vent solaire et des émissions de particules énergétiques ou des évènements plus violents comme des éjections de masses coronales.

Il faut bien noter que l’activité solaire est continue, bien que le soleil nous apparaisse comme assez calme, il est en permanence actif et la Terre baigne dans son vent des particules énergétiques. Nous ne le remarquons pas car nous sommes protégés par le champ magnétique terrestre. Lors d’un évènement plus violent, il peut se produire ce que l’on appellera une tempête géomagnétique, c’est-à-dire que l’activité solaire est suffisamment intense pour perturber le champ magnétique terrestre. C’est un peu comme si on injectait énormément d’énergie dans un système électrique, cette énergie doit se dissiper.

Ce sont surtout les éjections de masses coronales qui sont associées aux tempêtes géomagnétiques les plus intenses (typiquement telles que l’évènement de Carrington). Je vais donc m’atteler à décrire celles-ci. Elles sont associées aux flares les plus énergétiques. En fait, il s’agit d’une accumulation d’énergie dans les lignes de champs magnétiques, on peut les assimiler à un gigantesque ressort que l’on tord et qui accumule de l’énergie. Lors du réarrangement des lignes de champ magnétique, cette énergie est libérée et s’accompagne d’une éjection à la fois de particules énergétiques et de champ magnétique (2).

 

Ce sont ces particules énergétiques et ce champ magnétique qui vont perturber la magnétosphère terrestre et provoquer ce qu’on appelle une tempête géomagnétique.

Phil Marso - Janvier 2022 © Megacom ik / Adikphonia 2022

2) Voir une illustration de flare observée par le Solar Dynamics Observatory de la NASA : https://sdo.gsfc.nasa.gov/gallery/ultrahd/

Découvrir la suite de l'interview dans le magazine Adikphonia N°5 :

Télécharger le bon de commande pour obtenir le N°5 ou s'abonner pour les particuliers (France/Dom Tom) :

​​​​​​​​​​

Contact

Megacom-ik

Magazine Adikphonia

13 Boulevard Saint-Marcel

75013 Paris
Tél : 09 53 92 53 17